LE DIALOGUE INTERRELIGIEUX

[...] la nouvelle évaluation théologique des religions mondiales commande et sert de base à un engagement sincère du dialogue interreligieux. Ce dialogue est fondé sur ce que le magistère de l'Eglise a appelé le "mystère d'unité" qui unit tous les hommes. Ce mystère d'unité consiste d'abord dans le fait que tous sont créés par le même Dieu et appelés par lui à participer à sa propre vie. Tous ont donc la même origine et la même destinée en Dieu. Tous sont en outre sauvés en Jésus-Christ. A quoi l'enseignement récent du pape Jean-Paul II a ajouté avec insistance un élément supplémentaire d'importance primordiale: il s'agit de la présence active universelle de l'Esprit de Dieu qui recouvre l'histoire entière de l'humanité, dés le commencement, et qui, après l'évènement Jésus Christ, s'étend bien au-delà des frontières de l'Eglise. Cette présence et cette activité de l'Esprit - Jean Paul II y insiste - "ne concernent pas seulement les individus, mais la société et l'histoire, les peuples, les cultures, les religions". C'est laisser entendre implicitement, sans pour autant le dire de façon explicite, que Dieu en son Esprit se communique aux "autres" dans et à travers les circonstances dans lesquelles leur vie religieuse sincère est vécue, et donc dans et à travers la tradition religieuse à laquelle ils appartiennent. Leur religion est pour eux le chemin emprunté par Dieu pour venir à leur rencontre. [...]

Jacques Dupuis, s.j.

 

Le Père Jacques Dupuis, s.j. est parti en Inde en 1948 (la même année que Dom Le Saux), puis y est resté jusqu'en 1984, date à laquelle il est devenu professeur de théologie à l'Université Grégorienne de Rome. Il aida le Père Le Saux devenu Swami Abhishiktananda dans son projet de rencontre de l'hindouisme et du christianisme

 

J. DUPUIS, Jésus Christ à la rencontre des religions, Paris, Desclée, 1994 (2ème édition).

J. DUPUIS, Vers une théologie chrétienne du pluralisme religieux, Paris, Cerf, 1999 (2è éd.)

H. LE SAUX, La rencontre de l'hindouisme et du christianisme, Paris, Seuil, 1965.

 

retour au sommaire