MARCEL LEGAUT...                                                  

                  1900 legaut4.jpg (11147 octets)                     1990

Etre fidèle à l'appel qui monte en soi vers plus d'humanité, c'est la démarche initiale du spirituel en quète de l'essentiel. Elle permet en effet d'approcher le mystère que chacun est à soi-même, le mystère de l'autre, et le mystère de Dieu. Car "désormais c'est en découvrant personnellement le sens de sa vie que l'homme peut faire l'approche du mystère de Dieu..."


Marcel Legaut

  1. Qui... ?
  2. Où... ?
  3. Pourquoi... ?
  4. Comment... ?
  5. Quelle oeuvre... ?
  6. Quelle mission...?
  7. Dieu...
  8. La mort...
  9. Rechercher...
  10. Devenir soi...

Qui...?

 

Marcel Légaut (1900-1990), ancien normalien, professeur de mathématiques, qui a abandonné à quarante ans sa situation d'universitaire pour vivre en paysan montagnard, est resté toute sa vie un chercheur. Son oeuvre offre le témoignage d'une expérience hors du commun et ouvre le lecteur sur des possibilités renouvelées de vie spirituelle dans le siècle qui vient.

Professeur d'université à Rennes puis à Lyon, il a d'abord animé de nombreux groupes spirituels dans le monde universitaire, dans une période de sa vie marquée par des rencontres décisives: celles du père Portal, de Gabriel Marcel, de Teilhard de Chardin, d'Edouard Le Roy...

L'expérience de la guerre va le marquer profondément: elle lui montre combien les intellectuels, comme lui, peuvent être désarmés quand ils sont confrontés aux réalités cruelles de la vie. A quarante ans, l'appel à l'intériorité et à la vie spirituelle pousse Marcel Légaut à abandonner l'existence protégée de l'universitaire. Il se marie et le couple décide de vivre l'existence de paysans montagnards dans une ferme isolée du Haut-Diois. Légaut joint alors à ses tâches de cultivateur et de berger celles de père de famille (ils auront six enfants), poursuivant une activité spirituelle exigeante, parfois avec des amis dans son hameau des Granges, puis au temps de sa retraite, à Mirmande, au siège de l'Association culturelle qui porte aujourd'hui son nom.

Marcel Légaut a porté son Eglise douloureusement mais dans l'espérance. Après vingt années de fidélité silencieuse, Marcel Légaut a perçu la nécéssité de dire ce qu'il vivait et d'en témoigner: alors va se développer son oeuvre qui reflète l'itinéraire atypique d'un homme libre.

Retour en haut

Où trouver...les amis de Marcel Légaut ?              

Les amis de Marcel Légaut ont crée l'association Marcel Légaut qui a la responsabilité de la diffusion de ses ouvrages et de sa pensée. L'Association culturelle Marcel Légaut rassemble des personnes qui ont été éveillées à la vie spirituelle ou confortées dans leur quête religieuse grâce à l'influence de Marcel Légaut.

Le lieu traditionnel de rencontre est celui qui les rassemblait déjà du vivant de Marcel Légaut à la Magnanerie, 26270 Mirmande, contact: Olivier Ogier, tél: 04 75 63 10 83 ou 04 75 63 09 79.

Revue "Quelques Nouvelles" 12 chemin du Vieux Château 42390 Villars. Tél/fax 04 77 93 47 24

Retour en haut

Pourquoi... ?                                    

Ce chrétien du XXème siècle constate que "les bases sur lesquelles, dans la société d'hier, on fondait solidement et on bâtissait avec minutie l'édifice théologique qui expliquait la raison d'être du Monde et la présence des hommes sont maintenant ébranlées sans remède."

Retour en haut

Comment... ?   

Marcel Légaut n'avait pas peur de dire qu'il ne savait pas...A la fécondité de la réflexion de Marcel Légaut répond l'authenticité de ses années de solitude dans les montagnes Drômoises. Alors que nos paroles sont souvent grimées par nos egos, Marcel Légaut avait pu grâce à sa solitude rurale trouver la parole authentique.

Retour en haut

Quelle est l'oeuvre...de Marcel Légaut ?

Prières d'un croyant, Grasset 1933, épuisé.
La condition chrétienne, Grasset 1937, épuisé.
La communauté humaine, Aubier 1938, épuisé.
Travail de la foi, Seuil 1962, épuisé. Nouvelle édition, Desclée de Brouwer 1988.
Introduction à l'intelligence du passé et de l'avenir du christianisme, Aubier 1970. Nouvelle édition A.C.M.L. 1997.
L'homme à la recherche de son humanité, Aubier 1971.
Débat sur la foi (Légaut-Varillon), Aubier 1972.
Vivre pour être, Aubier 1974. distr. A.C.M.L. 26270 Mirmande.
Questions à...Réponse de Marcel Légaut, Aubier 1975. distr. A.C.M.L. 26270 Mirmande.
Mutation de l'Eglise et conversion personnelle, Aubier 1975. distr. A.C.M.L. 26270 Mirmande.
Patience et passion d'un croyant, Centurion 1975. épuisé. Nouvelle édition revue et corrigée, Desclée de Brouwer 1989.
Intériorité et engagement, Aubier 1977. distr. A.C.M.L. 26270 Mirmande.
Deux chrétiens en chemin (Légaut-Varillon), Aubier 1978. distr. A.C.M.L. 26270 Mirmande.
Méditations d'un chrétien du XXe siècle, Aubier 1983. distr. A.C.M.L. 26270 Mirmande.
Prières d'homme, Aubier 1984 (nouvelle édition).
Croire en l'Eglise de l'avenir, Aubier 1985. distr. A.C.M.L. 26270 Mirmande.
Un homme de foi et son Eglise, Desclée de Brouwer 1988.
Vie spirituelle et modernité. Entretiens ultimes avec Thérèse de Scott, Centurion-Duculot 1992.

Ouvrages sur Marcel Légaut:

Thérèse de Scott:
Marcel Légaut, l'oeuvre spirituelle, Aubier 1984.
Devenir disciple de Jésus. Une lecture de l'oeuvre de Marcel Légaut, Duculot 1988. distr. A.C.M.L.

Jean-Claude Breton:
Foi en soi et confiance fondamentale. Le dialogue de M. Légaut et de E. Erickson, Cerf-Bellarmin 1987.

Retour en haut

Quelle mission...?                           

 

"Prier en modernité"
Devant cet apparent cul-de-sac de la pensée moderne, Légaut propose une compréhension de la prière comme prière de mission. La mission, ici, est notre vocation personnelle, ce à quoi nous sommes appelés dans la vie qui est la nôtre, et la prière est une parole où chacun, dans son effort pour faire la vérité sur soi, sur le monde et sur ses rapports avec les autres, s'appelle à une recherche constante du plus-être. Cette parole est dite devant Dieu et à Lui adressée, non pas pour qu'il règle nos problèmes à notre place, mais pour reconnaître sa présence dans notre existence et pour apprendre à vivre de et avec cette présence.
Tout au long des prières qu'il a proposées à ses lecteurs, Légaut explore la dramatique humaine telle qu'il la connaît et invite à y discerner les signes de la présence active de Dieu. Que ce soit l'expérience vertigineuse des grandes questions existentielles ou la fragilité éprouvée dans nos rapports avec les nôtres, il y a là autant d'occasions de faire l'expérience du mystère que nous sommes à nous-mêmes et de nous questionner sur l'activité de cette présence en nous qui n'est pas sans nous, mais qui n'est pas que de nous.
La prière s'avère ainsi une quète de vérité sur soi, sur le monde, sur les autres et sur l'Autre qui se dévoile de façon toujours plus adaptée à ce que nous sommes, à mesure que nous progressons dans cette recherche. Effort pour nous dire et nous appeler à devenir ce que nous pressentons devoir être, mais que nous ne sommes pas encore parvenus à réaliser, la prière de mission s'adresse autant à nous qu'à Dieu, car

                                                Quand je me parle ainsi, Dieu m'écoute,
                                                Quand je m'écoute ainsi, Dieu me parle.

par Jean-Claude Breton in Présence Magazine février 2000
a publié "Marcel Légaut" dans la collection "L'expérience de Dieu", ed. Fides
adresse: 2715 Côte Ste Catherine H3T 1B6 Montréal Québec Canada.

Retour en haut

Dieu...

"Dieu, pour moi, est le Réel, sous-jacent à la réalité que, directement ou indirectement, je puis atteindre par mes sens et ma raison. Il m'est radicalement impensable, et je ne puis en faire une approche, toujours insatisfaisante pour ma raison, qu'à travers l'approche que je puis faire de moi-même; l'une et l'autre approche sans cesse à reprendre, sans cesse à développer, sans cesse à dépasser...( ), les uns, ( ), usent de l'idée a priori qu'ils se font de Dieu; idée plus ou moins fondée sur des considérations philosophiques générales et abstraites que soutient et peut-être valorise notre instinct religieux. Au contraire, d'autres, dont je suis, s'efforcent d'entrevoir à travers ce qu'ils sont personnellement ce qui, sans être Dieu en eux, le révèle en action chez eux...( ). ( ), la tentation est grande d'en rester trop uniquement sur le plan intellectuel, de court-circuiter les démarches, fort exigeantes au niveau personnel, de l'intériorité et de se borner à seulement vivre de ce qu'on pense.

( ). La grande tentation ( ) de notre époque, et sans doute davantage encore des temps futurs, n'est pas l'athéisme. Il est aussi difficile et exigeant d'être un véritable athée qu'un croyant de foi en Dieu; peut-être même est-ce si difficile et si exigeant que cela en devient impossible par l'irrémédiable contradiction entre le vivant qu'il faut être, vaille que vaille, coûte que coûte, et le "vécu" qu'alors inéluctablement on est conduit logiquement à se laisser devenir puisqu'on ne croit plus en l'homme qu'on est.
Non, la grande tentation est le panthéisme..."

Marcel Légaut.

Retour en haut

La mort...

"La prise de conscience par l'homme du fait qu'il mourra; l'acceptation réaliste de cet événement, la compréhension des conséquences capitales que cela comporte dans sa vie, l'intelligence du sens de sa propre mort exigent une vitalité spirituelle vigoureuse [...]. Ni son animalité, ni la société, ne portent l'homme à se penser mortel, l'amour et la paternité l'y préparent [...]. La nécessité de la mort n'est pas biologique, mais spirituelle [...]. Le sens profond de "son" existence, la dépossession de "soi" et l'intelligence de "sa" mort grandissent ensemble [...]."

Marcel Légaut. "L'homme à la recherche de son humanité".

Retour en haut


Rechercher...

"Attente et recherche vont de pair dès le début de la vie spirituelle, et toujours davantage à mesure qu'avec l'approfondissement humain l'une et l'autre s'intensifient. La recherche conduit à l'attente de ce qui doit la rendre efficace, et, inversement, l'attente est l'aiguillon de la recherche. Sans l'attente, la recherche piétine sur sa propre foulée. Sans la recherche, l'attente, trop passive, n'est ordinairement que paresse. ... Rien ne mesure mieux qu'elles la vitalité réelle de l'homme. Elles manifestent ce qu'il est, mieux que ce qu'il affirme ou fait... Toute affirmation qui naît grâce à elles, serait-elle fausse, est bénéfique. Sans elles, toute affirmation, serait-elle exacte, est finalement un obstacle à la vie spirituelle. Recherches et attentes font finalement progresser les hommes vers leur humanité, et parallèlement, grâce à elles, Dieu prend une figure moins inintelligible."

Marcel Légaut.

Retour en haut


Devenir soi...

"L'homme n'est pas par lui même ; sa "carence d'être" lui est intrinsèque. Cependant il est en mesure de la reconnaitre dans sa nature propre et d'y voir tout autre chose qu'un défaut de technique auquel on pourrait espérer porter remède un jour. Par là il transcende sa finitude sans pour autant la faire disparaître. Pour devenir lui-même il a besoin de ce qui n'est pas lui, de ce qui se présente à lui du dehors et de ce qui provient de ses origines. Ce qu'il fait et ce qu'il pense, les manières dont il vit et dont il se développe, en dépendent. Cependant, pour grandir dans son humanité en ce qu'elle comporte d'original, il ne lui suffit pas d'user de ce qui se propose à lui ou de ce qu'il conquiert, de subir ce qui s'impose à lui ou de s'en accomoder; il lui est nécessaire d'accueillir tout cela et de se l'approprier par une activité singulière qui lui est personnelle. Cette activité engage la totalité de ce qu'il est. Seule, elle oeuvre à l'unité, à l'unicité, à la réalité consistante et stable de ce qu'il devient."

Marcel Légaut.

Retour en haut


     
     
  retour sommaire | retour index |  

www.soi.fr.fm
"Devenir soi avec Marcel Légaut disciple de Jésus"