[...] Quelques attitudes caractéristiques des théologiens de l'Asie du Sud:

1. La théologie n'est pas un acte postérieur à l'expérience de Dieu. On ne connaît rien vraiment sans l'avoir soi-même expérimenté. Le but de la théologie n'est pas de connaître intellectuellement Dieu - une tâche impossible - mais de faire l'expérience de Dieu au delà de toute connaissance intellectuelle. [...]

2. Les théologiens asiatiques pensent que la théologie doit rechercher l'harmonie intérieure entre Parole et Silence. [...]

3. Dans le contexte de l'Asie du Sud, la théologie est élaborée au milieu de ses religions, de ses cultures, de ses pauvres. En d'autres termes, l'accent et le souci de la théologie en Asie du Sud n'est pas tant ad intra que ad extra : comprendre sa propre foi chrétienne dans son contexte concret et se faire comprendre par le "voisin asiatique qui est étranger à la foi chrétienne".

4. Les chrétiens en Asie du Sud considèrent la foi, l'écoute, la contemplation comme autant de préalables pour élaborer une théologie signifiante. [...]

5. La théologie dans le sous-continent indien voit Dieu non tant comme un "objet" extérieur que comme "Celui qui est le coeur (ou l'intérieur, l'intime) du coeur de quelqu'un et de tous les autres". Dieu n'est pas quelqu'un que quelqu'un connaît mais Celui par lequel quelqu'un connaît. Les croyants en Asie du Sud sont alarmés devant tout langage dualiste en pensant et en parlant de Dieu; car il n'est pas quelqu'un "au-dessus", "contre" nous.

6. [...], le rôle de la théologie d'après les gens en Asie du Sud est de préparer la voie pour le moment de l'éveil.

[...].

Felix Machado, SJ, in "The New Leader", vol. 116, n°3, 1-15 février 2003.
Traduit par Eglises d'Asie.

| sommaire |