Le conte de Shiva sur le salut
par John Main o.s.b.
 

 

L'autre jour, je lisais un texte du dieu indien Shiva. Il était assis, à côté de sa femme, et il contemplait le monde quand sa femme lui demanda: "pourquoi ne descendez-vous pas afin d'accorder le salut à certains de vos fidèles ?" Shiva répondit : "Très bien". Ils se rendirent alors dans une ville et ils s'assirent sur la place du marché. La rumeur se répandit qu'un grand prophète se trouvait là et les personnes saintes de la ville se mirent à arriver.
bhrt.jpg (10236 octets)
La première d'entre elles s'approcha de Shiva et lui dit : "Je médite trois fois par jour en hiver, je médite deux heures plongé dans l'eau froide ; l'été, je médite deux heures dans la chaleur. Quand vais-je obtenir le salut ?" Shiva le regarda et dit : "Encore trois incarnations". Vous vous imaginez la nouvelle alors que cet homme retourne auprès de ses amis, en hochant la tête et en répétant : "Encore trois, encore trois."
book.jpg (7571 octets)
Et l'histoire se poursuit ; une autre personne arrive près de Shiva et elle se fait dire : "encore dix". Finalement un petit homme se présente et dit : "Je m'excuse de ne pas faire grand-chose mais j'essaie d'aimer tout le monde alentour de moi et d'aimer la création. Est-ce que je peux obtenir le salut ?" Shiva se gratte la tête ; le petit homme devient un peu nerveux et demande à nouveau : "Puis-je obtenir le salut ?" Shiva le regarde et répond : "Mille incarnations ". Ce sur quoi, le petit homme bondit de joie et d'allégresse en criant à tout le monde : "Je vais l'avoir, je vais obtenir le salut. Mille, rien que mille incarnations."
palluwmn.gif (3720 octets)
Sur ces paroles, il se métamorphose en flammes, ainsi que Shiva et sa femme, pour ne devenir qu'une seule flamme et disparaître.
Alors, sa femme lui dit : "Pourquoi ce petit vieillard a-t-il obtenu le salut tout de suite après lui avoir dit mille incarnations ?" Shiva répondit : "Oui, c'était mon règlement mais sa générosité a dépassé mon règlement et alors il a été immédiatement sauvé."

| retour sommaire |