Méditer à l'orientale et prier

Ce que nous appelons méditation, au sens oriental, dit Soeur Vandana, n'a rien d'exclusivement cérébral. Ce n'est pas "penser à...". Méditer, c'est entrer dans son corps pour y rester devant << Celui qui m'aime >>, comme disait sainte Thérèse d'Avila. On obtient cela par les postures du yoga et  l'éducation du souffle qui permettent la concentration. Mais les postures et le souffle ne sont qu'une préparation. On appelle ces postures les asanas et l'on s'y adonne sitôt le lever, à 4 h du matin. Nous méditons de 4h1/4 à 6h1/2. Nous avons alors la liturgie et, s'il y a un prêtre, l'Eucharistie. Sinon nous partageons la Parole de Dieu. Après le petit déjeuner, nous travaillons dans la maison, dans le jardin. Le labeur manuel est une partie de la vie de prière. Notre but est de demeurer dans la prière toute la journée. On appelle cela sadhana, c'est la méditation continuelle. Notre horaire est établi pour nous le permettre. Pour y parvenir, il faut garder le silence et c'est ce que nous faisons jusqu'après le repas de midi.
Trois fois par jour nous avons la sandhya, le matin de bonne heure et le soir, à l'heure où le soleil et la nuit se rencontrent et, à midi, quand le soleil est au zénith. Nous y psalmodions les psaumes de la Bible. A midi nous offrons cette prière pour la paix du monde et, chaque jour nous prions pour un pays différent. Nous possédons des cloches offertes par chacun des pays où nous avons fait des retraites. Nous les sonnons à ce moment là. Nous prions souvent pour la France...
L'après-midi, nous pouvons librement parler avec nos hôtes et nos visiteurs.Nous recevons des gens très intéressants, du monde entier.On veut savoir pourquoi ils sont venus, ce qu'ils cherchent...
En fin d'après-midi, nous avons la satsang, - ce qui veut dire littéralement: des gens qui se rencontrent pour chercher la vérité. Il y a des chants et des prières. Puis Soeur Ishapryia ou moi-même donnons une conférence où nous invitons les Hindous. Notre pièce est presque toujours pleine.
Nous avons encore une heure de Méditation, puis nous partageons, pendant une demi-heure, nos expériences de la journée.
Alors vient la liturgie du soir, la arati, une flamme que l'on fait circuler devant le Saint Sacrement, la Vierge, les saints. C'est un rite Hindou que l'Eglise chrétienne accepte. Celà fait aussi partie de << l'inculturation >> que nous essayons de promouvoir depuis vingt ans! Jesus a dit: << Je suis la lumière du monde >>. Quand on prend la lumière dans les mains, cela veut dire: moi aussi, j'accepte avec tout mon être la lumière du monde. C'est une très belle cérémonie qui nous rappelle notre responsabilité.

Soeur Vandana

  arati.tif (347972 octets)
Sr Vandana officiant l'arati à Jeevan Dhara.
 

retour au sommaire